Le mythe de la mère bien organisée

Le mythe de la mère bien organisée

Quand je discute avec des non-parents et que je mentionne que je ne suis pas la plus organisée au monde, j'ai souvent (sinon toujours) droit à des regards surpris. Je vous l'annonce officiellement : « Devenir maman ne m'a pas transformée en agenda sur 2 jambes »!!!

Je ne fais donc pas partir de ces mères bien organisées. Ce n'est ni inné, ni si bien acquis non plus. Je dois fournir de grands efforts afin d'accomplir tout ce qui doit s'accomplir dans une semaine. Et quand j'y pense, ce n'est pas une très grande surprise. Enfant, et encore plus une fois adolescente, j'ai toujours été tête en l'air, dans la lune. Je me rappelle même très bien d'avoir eu la peur de devenir adulte. Toutes ces responsabilités, les comptes à payer, ça semblait si sérieux, si plate. Ça ne m'attirait pas du tout.

Même devenue adulte, en appartement avec une amie, j'étais un peu en contradiction avec moi-même. J'étais étudiante à l'université, j'avais aussi un travail, je payais ce que je devais payer (la plupart du temps), mais tout en refusant, dans ma tête, que j'étais une adulte. Avec le temps, j'ai dû apprendre à me faire à manger, à faire le ménage et l'épicerie, à payer mes comptes à temps… Mais sincèrement, une chance que j'avais des parents et un chum présents.

Quelques années plus tard, me voici maman d'une pinotte de 6 ans et d'une cocotte de 8 ans. Pour mieux gérer la charge mentale, que mon conjoint porte avec moi, nous avons trouvé quelques trucs : il s'occupe d'aller chercher les enfants au service de garde de l'école, fait le souper, s'occupe de la vaisselle et range la table. De mon côté, je fais les lunchs des enfants, je vais les mener à l'arrêt de bus le matin et je m'occupe du lavage. On fait l'épicerie en alternance et la liste se fait à deux. Il faut dire que j'ai un chum conscient de ce qui doit se faire dans une maison pour prendre bien soin des enfants. Il est autant impliqué que moi dans leur vie. Bien que ce devrait être la norme, je sais que dans le concret, plusieurs familles ne vivent pas cette réalité de la même manière. Alors, hourra pour mon chum!!!

Depuis peu, nous avons ajouté un planificateur familial comme outil dans nos routines. Il nous permet de mettre tout au même endroit : rendez-vous chez le médecin et chez la dentiste, les sorties scolaires, les fêtes d'amis, les jours de poubelles et composte, etc. Cet appui visuel nous permet d'être plus à jour. Comme il est aimanté, il est placé sur la porte du frigo, en plein milieu de la cuisine. Puisqu'on ouvre fréquemment une porte de frigo dans une journée (et oui), c'est facile de prendre un petit 2 secondes pour y jeter un coup d'oeil, question de voir ce qui s'en vient.

Autre chose qui nous aide, c'est la participation des enfants. Chez nous, les enfants choisissent leurs vêtements le soir pour le lendemain. Le matin, elles prennent 4 collations pour la journée à apporter à l'école, parmi un éventail préétabli. De plus, quand elles reviennent de l'école, elles sont responsables de défaire leur boîte à lunch. Cette collaboration précieuse augmente le sentiment d'accomplissement et développe leur autonomie tout en nous permettant de souffler un peu.

Notre prochain défi familial sera d'établir un menu pour la semaine et faire l'épicerie en conséquence. Ça fait longtemps que j'y pense, mais ce n'est pas toujours facile de changer nos habitudes.

Je tiens à souligner que nous avons fait le choix conscient de vivre le plus doucement possible, malgré les routines parfois stressantes et nosvies bien remplies. Nos enfants n'ont qu'une seule activité parascolaire par saison ce qui fait que nos soirées et fins de semaines n'en sont pas surchargées. On essaie le plus possible de souper ensemble, de faire des recettes ensemble, de faire nos sorties ensemble. Dès que le temps le permettra, on retournera dehors jardiner pour avoir les mains et les pieds dans la terre. Ça semble anodin, mais tout ça permet de vivre plus calmement... Et d'accepter que la maison ne soit pas toujours impeccable. Ça aussi, ça permet d'être plus sereine. J'apprends donc à vivre avec plus d'indulgence envers mon manque d'organisation.

J'espère que ce petit texte vous rassurera sur vos compétences parentales. Il y a des moyens pour se rendre la vie plus facile dans ce brouhaha. Nous faisons tous et toutes de notre mieux. Je ne suis toujours pas la maman la plus organisée, mais je suis mieux outillée et surtout bien accompagnée. Je vous souhaite de vous faire confiance dans ce cheminement et que vous trouverez les méthodes et outils qui seront les plus pertinents et utiles pour vous et votre famille.

Signé Catherine Duguay, alias Mamandala


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés