Tout a commencé le jour où j'ai « googlé » Montessori

Tout a commencé le jour où j'ai « googlé » Montessori

J'avais un seul bébé, une petite fille, la première fois que j’ai lu une description de cette pédagogie. J'avais vu l'image d'un lit de bébé posé sur le sol qu’on décrivait comme étant « à la Montessori ». Intriguée, j'ai fait une recherche. Ça a été une révélation. Ce qui m'a d'abord poussée à l'intégrer dans nos vies, c'est la fameuse phrase : « Aide-moi à faire seul ». Favoriser l'autonomie, c'est quelque chose qui résonnait avec ma vision de la petite enfance. J'ai tout de suite eu envie d'en découvrir encore plus sur le sujet.

À cette époque, mes jouets pour bébés préférés étaient ceux que je croyais les plus "stimulants", soit ceux avec sons et lumières. J'avais adhéré à l'idée qu'un jouet coloré qui parlait et chantait l'alphabet devait logiquement être le meilleur choix. Les bébés aiment ça après tout, non?

En découvrant Montessori, ma vision a commencé à changer. J'ai découvert un univers parallèle où plusieurs visions de l'enfance se côtoyaient. Après m'être ouverte à Montessori, j'ai découvert les principes de Waldorf-Steiner puis highscope, et bien d’autres.

J’ai grandi en pensant qu'il n'existait qu'une façon de faire, et voilà que je découvrais toutes les autres possibilités. L'image que je m'étais faite de l'enfance m'est alors apparue de moins en moins la voie à suivre. Plus je lisais, plus je sentais que les pédagogies alternatives étaient le meilleur choix pour accompagner mon enfant dans son développement.

Dans les années suivantes, j'ai retiré la télé, donné tous les jouets en plastique, acheté tous les jouets en bois, puis redonné une partie des jouets en bois pour avoir un environnement plus épuré. Oh, entre temps, j'ai aussi eu 4 autres bébés, étudié le développement de l'enfant et eu un service de garde en milieu familial alternatif.

Je me suis rendu compte que mes choix, non seulement de jouets, mais également au niveau de l'horaire, l'alimentation, l'aménagement (et tant d'autres!) avaient une grande influence sur les comportements de mes enfants. Plus je m'éloignais de l'enfance « à batteries », plus mes enfants étaient calmes et heureux.

Vous savez, la vision idéalisée qu'on a de notre enfance à nous, où l'enfant joue des heures dehors ou dedans, seul ou avec d'autres enfants, à s’inventer un monde? Cette vision qui semble si difficile à atteindre en 2019, c'est possible de s'en approcher. Je ne dis pas que l'alternative rendra votre quotidien familial parfait, mais oui, il est possible de faire différent. Pour ma famille, c'est la recette gagnante.

J'ai passé les 8 dernières années à repenser l'enfance, à naviguer autour des différentes pédagogies jusqu'à trouver un équilibre. J'ai pris le meilleur de chaque pédagogie pour en intégrer des éléments dans notre quotidien.

À travers ce cheminement, j'ai beaucoup expérimenté, observé (on pourrait presque dire que j'ai tout essayé!) et c'est ce que j'ai envie de partager avec vous. J'ai envie de vous éviter mes erreurs et de vous présenter un univers de possibilité pour vous permettre de trouver ce qui pourrait être intéressant pour votre famille.

Bref, je m'appelle Zoé, j'ai cinq enfants de 0 à 9 ans et je suis une passionnée des pédagogies alternatives, du jeu et de l'enfance. Au plaisir d'échanger avec vous!

Signé Cinq minutes pour jouer - Zoé L. Sirois


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés